Les Moken, les nomades de la mer

Les Moken sont un peuple nomade qui voyage sans cesse sur les eaux. En effet, ils vivent dans leurs bateaux, et il est possible de les trouver au large de la Thaïlande et de la Birmanie. En raison de leur mode de vie, ces personnes ont développé des capacités hors du commun, comme voir sous l’eau.

Une capacité extraordinaire

moken-people-mergui

Vu qu’ils passent la plupart de leur vie à voguer, leur vie est étroitement liée à l’eau et à l’océan. Effectivement, on dit que les enfants Moken savent nager avant même de savoir marcher. En passant le plus clair de leur temps dans l’eau, les enfants Moken ont développé la capacité de voir sous l’eau, aussi bien que les dauphins. Cette aptitude hors du commun a suscité l’intérêt d’Anna Gislén, une chercheuse de l’université de Lund en Suède. Elle a constaté que les enfants Moken peuvent repérer des objets sous la mer avec une grande facilité. Après avoir mené quelques études, elle a conclu que les enfants Moken ont une acuité visuelle de 50 % supérieure à celle des enfants européens. A l’air libre, les deux sujets ont la même caractéristique visuelle. Sous l’eau, les enfants Moken peuvent diminuer au maximum la taille de leur pupille et de modifier la forme de leur cristallin. Cette aptitude, comparable aux dauphins et aux phoques, leur permettent de voir clairement sous l’eau. Selon cette chercheuse, « ils utilisent le système optique de l’œil aux limites de ce qui est humainement possible ». C’est sans doute le résultat de plusieurs siècles de vie maritime. Cependant, cela ne semble s’appliquer qu’aux enfants.

Un peuple caractéristiques, mais menacé

Ce peuple austronésien, de type semi-nomade, passe plus de la moitié de l’année à voguer au large de la Thaïlande et de la Birmanie. De novembre à avril, c’est-à-dire pendant la saison sèche, les Moken passent leur vie sur les flots. Bien installé dans leurs bateaux, appelés « kabang », ces nomades naviguent d’île en île à la recherche de nourriture. Cependant, ce peuple aux coutumes singulières est fortement menacé. En effet, ils sont rejetés par les Thaïlandais en raison de leur différence, voire même mis à l’ecart. Leur mode de vie constitue une gêne pour le tourisme local, et ils sont sujets à des persécutions et à toutes sortes d’interdictions, telles que la pêche aux coquillages. Afin de préserver ce peuple, le gouvernement a mis en place des réserves. Cependant, la vie dans ces réserves ne fait que les tuer à petit feu, car les Moken dépérissent et sombrent dans l’alcool et la dépression. Vivre dans une réserve est de loin le rêve des Moken, car selon eux, « tout se passe en mer. Nous ne sommes liés à aucune terre. Où que nous allions, nous y allons en bateau ».

1 réflexion au sujet de « Les Moken, les nomades de la mer »

Laisser un commentaire